1540-1

Roald est atteint de la maladie de Parkinson, mais cette nouvelle réalité est si inflexible dans son acceptation qu’il va devoir se dépasser et entreprendre un chemin d’ordre plus spirituel pour ne pas sombrer dans la souffrance, la haine ou la révolte. Mial, membre de la fédération zen, l’initiera au bouddhisme et à la méditation et c’est sur ses conseils qu’il se lancera dans l’écriture d’un roman… Dans cet ouvrage Marc Loret nous fait entrer dans la vie intime et quotidienne d’un homme touché par la maladie : ses doutes, ses peurs, ses constats, ses échecs, ses réussites, ses moments de désespoir, mais aussi de joie et de bonheur… Autant de choses que nous partageons avec cet attachant protagoniste. C’est avec beaucoup d’ingéniosité et d’humour que l’auteur traite d’un thème grave et sérieux qui affecte un grand nombre d’entre nous et qui est pourtant si étranger aux autres… Un roman plein de philosophie, une fiction encourageante et pleine d’espoir pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

J'ai rencontré l'auteur au Cultura de Lieusaint. Il a été très persuasif pour que j'achète son livre parce que la couverture me plaisait bien mais en lisant le 4eme de couverture j'ai été refroidie. Les histoires de malade ne sont pas ma tasse de thé. J'ai assez de personnes autour de moi qui sont atteintes de maladie, je n'ai pas encore envie de lire ce type d'histoire pendant mes loisirs. Marc Loret est lui même atteint de cette maladie. Il m'a assuré que son livre n'était pas glauque, déprimant, triste, qu'il y avait de l'humour. Je me suis laissée tenter.
Je n'ai pas regretté. En bref, je n'ai pas été déprimée par ma lecture, j'ai souvent souri même si pourtant la situation ne doit pas être drôle à vivre (il faut dire aussi que je ne suis pas la reine de la compassion). L'auteur décrit bien la vie d'un malade : des premiers symptômes à l'évolution progressive de la maladie en passant par l'acceptation de la maladie. Il décrit très bien aussi cette maladie : pour moi, Parkinson se résumait aux tremblements mais il n'y a pas que ça.

Je dirais que c'est un livre positif et optimiste en tout cas, j'espère que la recherche va avancer et trouver des moyens de guérir cette maladie ou tout au moins améliorer la vie des malades.