ClfQ-vkUsAE-TaF

New York, 2008. La récession frappe. Samantha Kofer est congédiée du jour au lendemain du grand cabinet d’avocats de Wall Street où elle exerce. Si elle accepte de travailler gratuitement pendant un an dans un centre d’aide juridique, elle pourra peut-être réintégrer sa place.
Samantha s’installe alors à Brady, une petite ville minière au cœur des Appalaches. Mattie Wyatt, la directrice du centre, lui montre comment aider les « vraies gens avec de vrais problèmes ». Pour la première fois, Samantha prépare un procès, rencontre la violence des salles d’audience, reçoit des menaces. Et elle découvre que Brady, sous la coupe des compagnies minières, cache de lourds secrets. Le danger est partout.

ça faisait une éternité que je n'avais pas lu un Grisham. Celui là m'a tenté par le côté écologique. Dans mon imagination, les Appalaches étaient un petit coin de nature, paisible et bien pas du tout, les exploitations minières ont complètement ravagé les montagnes, le sol et les cours d'eau sont contaminés. Les grandes sociétés minières n'ont aucune pitié que ce soit pour les habitants qui sont empoisonnés ou leurs employés. Je m'aperçois en lisant ce livre que les salariés français sont beaucoup plus protégés que les salariés américains.

Samantha a été une très bonne élève, a fait l'université qu'il faut et finalement suite à la crise financière de 2008, elle se trouve obliger de faire la stagiaire pendant un an pour une association pour conserver sa protection sociale. Elle va se retrouver dans un univers qu'elle ne connaît pas. Fini les restau branchés, les cocktails et son appartement douillet. Au fil des jours, elle va s'apercevoir qu'elle est plus utile que dans son cabinet de droit fiscal.

Ce que j'ai apprécié c'est qu'il n'y a pas des pages et des pages sur les procédures juridiques ce qui est en général très difficile à comprendre et assez gavant. Ce roman est surtout une critique de la société américaine qui favorise avant tout l'argent et le profit. Ces grandes sociétés se moquent complètement de laisser des zones dévastées et empoissonnées. Elles se moquent également que ces salariés soient malades et il ne faut surtout pas que ceux ci demandent des indemnités.

Un roman qui ne donne pas envie d'aller vivre aux Etats Unis et je me dis qu'en France, on n'est pas si mal même si on passe son temps à râler. Je me suis demandée aussi comment les américains feront une fois tout le sol pollué ainsi que les cours d'eau.