ppm_medias__image__2016__9782226325846-x

Usé par des années de lutte stérile contre le crime, l’incorruptible commissaire Yeruldelgger a quitté la police d’Oulan-Bator. Plantant sa yourte dans les immensités du désert de Gobi, il a décidé de renouer avec les traditions de ses ancêtres. Mais sa retraite sera de courte durée. Deux étranges cavalières vont le plonger bien malgré lui dans une aventure sanglante qui les dépasse tous. Eventrée par les pelleteuses des multinationales, spoliée par les affairistes, ruinée par la corruption, la Mongolie des nomades et des chamanes semble avoir vendu son âme au diable !

Des steppes arides au cœur de Manhattan, du Canada à l’Australie, Manook fait souffler sur le polar un vent plus noir et plus sauvage que jamais.

J'ai beaucoup aimé ce troisième roman même si Yeruldelgger n'ai pas au centre du roman. Dans ce roman, il se laisse surtout porter par ces rencontres essentiellement féminines. Des femmes avec du caractère, il en faut pour vivre dans ce pays. Une plongée dans la corruption qui profite à de grandes sociétés multi nationales qui pillent les ressources naturelles. C'est également la fin d'une époque : l'époque des nomades, de leurs yourtes et de l'élevage. Il y aussi le désastre écologique.

D'un autre côté, il y a le début de la révolte des populations, un peu comme les indignés mais le peuple a besoin d'une image forte, l'image d'un héros. Le besoin d'être conduit.

J'ai beaucoup aimé ce roman plein d'humour même s'il y a peut-être trop de personnages et que l'histoire se perd parfois.