Avec le salon du livre de Paris, il y a eu des polémiques sur le prix de l'entrée. Je comprends tout à fait que 10 euros la semaine et 12 euros le week-end est une somme mais par exemple le tarif pour le salon de l'agriculture ou la foire de Paris est de 14 euros !!!!! Il faut bien rémunérer la société qui gère le salon, le personnel, l'éclairage, etc.

Est ce que ce type de salon doit être gratuit parce que ça concerne les livres, la culture ? Pour moi, le salon du livre est comme une grande librairie, on vient pour acheter un produit comme on va à la Foire de Paris pour acheter un meuble ou des couteaux. Est ce que le livre est un objet comme les autres ?

Je connais beaucoup de personnes qui y vont pour rencontrer les auteurs. Je ne suis pas assez patiente pour faire 2 heures de queue pour avoir une signature et 2 mots (ça se résume souvent à ça) d'un auteur en plus ce n'est pas ma tasse de thé. Comme j'ai déjà dit dans un autre post, je discute volontiers avec les auteurs qui vont chez Cultura. En général, on n'a plus de temps alors certes, ce n'est pas des auteurs très connus comme par exemple Marc Loret dont je vous ai parlé ici où alors ce sont des auteurs qui vont devenir connus comme Jacques Saussey mais ce sont des rencontres très intéressantes et enrichissantes.

Je n'ai pas testé des petits salons organisés dans des villes de province. Certains salons demandent aussi aux écrivains une contribution, par exemple, Jacques Saussey a indiqué, que pour le salon du livre de Sens, les organisateurs lui demandaient 50 euros. Il y a aussi des personnes qui estiment que les auteurs ne devraient rien payer mais dans n'importe quel salon, les participants paient une prestation. Nous nous étions renseignés pour faire un salon du mariage mais c'était hors de prix entre 500 et 900 euros, il faut en vendre des prestations pour amortir ce prix. Les écrivains vont aussi dire qu'il faut vendre beaucoup de livres pour amortir ce prix.

La question est : "est ce que le livre est un bien comme les autres ?"