51PemaN2laL

En 1997, Robert Lubisch vide la villa familiale à la suite du décès de son père, un riche industriel qui a fait fortune dans les années d’après-guerre. Parmi ses papiers, il trouve une carte d’identité SS au nom d’un inconnu et la photographie d’une très belle femme. Quel est le rapport avec son père ? Lui, l’homme si parfait, si lisse, avait-il des secrets à cacher ? Au fil de ses recherches, Robert sent qu’il a réveillé un démon assoupi depuis la guerre et que l’histoire de son père est bien plus trouble qu’il l’a toujours pensé.
Sans clichés ni leçons d’histoire, un polar passionnant sur l’influence et les dégâts du national-socialisme sur un groupe de jeunes adultes pris dans la tourmente de l’Histoire.

J'ai adoré ce roman. Il a élu meilleur roman policier en Allemagne en 2012 mais l'enquête policière n'est pas centrale dans cette histoire. C'est assez rare les romans qui parlent de la seconde guerre mondiale du point du vue des Allemands. Allemands qui n'étaient pas tous pro nazi et qui ont aussi souffert pendant cette guerre, qui ont aussi subi la pression des nazis. Robert Lubisch veut mieux connaître son père avec qui il avait de mauvaises relations car Robert avait décidé de ne pas reprendre la direction de la société créée par son père pour devenir médecin. Les seuls moments de complicité qu'il a eu avec son père sont quand celui ci lui raconter la fin de la guerre et comment il avait réussi à sauver sa vie. C'est pourquoi Robert décide d'en savoir plus après la découverte d'une photo et d'anciens papiers. Mais il va réveiller le démon assoupi.

L'auteure raconte l'essentiel, il n'y a pas de longueurs, les seules références historiques sont les dates mais il n'y a pas de lourdeurs souvent dues au rappel du contexte.