41NtR-WyyOL

Les enfants de la classe de CP de l'école primaire de Claincy, dans l'Yonne, partent pour deux jours d'excursion en forêt. Aucun n'en reviendra. Parents d'élèves et instituteurs sont à leurs côtés. Mais même les adultes ne peuvent rien face aux lois de la nature. Pour les enfants, le froid, la faim, l'obscurité, un simple grincement deviennent le terreau de l'imagination. Bientôt la terreur s'insinue au coeur de l'équipée. Les barrières entre le monde des contes et la réalité s'effritent, jusqu'à ce que l'impensable se produise. Et ce n'est que le début de la fin.

Je ne pouvais pas résister à acheter un livre qui se passe dans l'Yonne avec une disparition d'enfant. En plus , l'auteur est Icaunnais. Pour rappel, j'ai passé toute mon enfance et adolescence dans l'Yonne qui a défrayé les chroniques judiciaires avec des tueurs comme Emile Louis,  le docteur Petiot ou Jean-Pierre Treiber.

Cette histoire est une série d'enchainements malheureux. Il y a un effet papillon. Plusieurs événements qui seul n'aurait pas eu de conséquence (que je ne peux pas dire sinon il n'y a plus d'intérêt à lire le livre), ensemble, ils vont entraîner une catastrophe. Les adultes ne sont plus aptes à vivre en forêt et des enfants de 6 ans encore moins. On est pas dans Le Petit Poucet.

L'auteur ne prend pas de gant, le récit est brute de décoffrage, il annonce les faits. Par contre, ce n'est pas un livre pour les personnes assez émotives. C'est une histoire cruelle et violente sans concession.