9782253014522_001_T

Elle s'appelait Caitlin. Elle avait dix-huit ans quand elle a disparu.
Le ciel est d'un bleu pâle, quelques nuages blancs glissent sur les sommets. Une beauté à couper le souffle. Une véritable carte postale. Les Rocheuses ont envoûté les Courtland, qui y passent leurs vacances d'été tant attendues. Un matin, Caitlin et son jeune frère, Sean, partent pour un jogging sur les petites routes bordées de sapins. Sean sera le seul à en revenir.
La famille bascule dans le cauchemar. Entraîné dans un tourbillon d'effroi et de culpabilité, le père de Caitlin s'installe dans la région pour aider les enquêteurs. Mais les semaines deviennent des mois et la jeune fille reste introuvable.
Best-seller du New York Times et du Boston Globe, coup de cœur des libraires indépendants américains, La Descente mêle finement drame familial et grands espaces.

Une bonne histoire sur les conséquences d'un enlèvement. J'ai eu un peu de mal avec l'écriture parce que l'auteur utilise par exemple l'homme en parlant du mari ou le jeune en parlant du fils, c'est un peu surprenant comme s'il y avait une dépersonnalisation de ses personnages et du coup, il y a un temps d'adaptation à ce style car du coup, je me suis demandée de qui il parlait. En même temps, il y a le récit de ce qui se passe pour Caitlin qui est retenue par son agresseur.

La fin est très surprenante Au final, même si j'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire, j'ai beaucoup aimé ce roman. Je me suis attachée aux différents personnages qui réagissent de différentes manières à ce drame. Par contre, l'auteur ne s'attarde pas beaucoup sur la mère, elle est peu présente dans le récit